🌷 Vous recherchez de l’inspiration pour coudre votre Brook ? 🌷 Lire l’article

Le matériel de couture indispensable selon votre niveau

Vous débutez dans la couture et souhaitez connaître la panoplie minimum à avoir pour réaliser la première de votre longue série de cousettes ? Ou vous êtes bien plus chevronnée et recherchez quels outils pourraient vous aider à rendre votre travail plus agréable et toujours mieux fini ?

Mon expérience dans la couture et les tests que j’ai pu faire me permettent de vous indiquer le matériel de couture qui m’est aujourd’hui indispensable et que je recommande d’acquérir progressivement selon votre niveau.

Pour les débutantes, vous trouverez un lexique tout en bas de cet article qui explique les quelques termes du « jargon couture » 🧵. 

Débutante

Machine à coudre

Premier investissement : je conseille aux débutantes de choisir une machine mécanique d’une marque reconnue (avec SAV et pièces de rechanges). ET surtout pas trop chère, entre 150€ et 400€, pour ne pas regretter votre achat si vous n’aimez finalement pas coudre. N’hésitez pas à demander conseil en boutique.

Vous pourrez ainsi apprendre à utiliser, comprendre le fonctionnement d’une machine à coudre et faire les points basiques qui suffisent à réaliser des cousettes dans des tissus de poids légers à moyens (ex : coton, viscose, lainage léger,…).

Les critères pour vous aider à choisir :

  • elle doit être simple d’utilisation (schéma d’enfilage du fil sur la machine, symboles intuitifs, plaque d’aiguille avec repères de couture…) et la plus lourde possible en restant portable pour vous bien entendu,
  • plus précisément – avoir un bras libre pour pouvoir coudre les manches et pièces étroites et un pied de fermeture éclair dans ses accessoires,
  • côté couture – vous devez pouvoir régler la largeur et la longueur du point. Votre machine doit aussi piquer de jolis points droits nets et réguliers, un point zig-zag et avoir l’option boutonnière (dans l’idéal automatique).
  • Ma dernière recommandation un peu plus subjective est de ne pas acheter votre machine pour ses nombreux jolis points décoratifs. Ils font grimper le prix de la machine et vous ne les utiliserez probablement pas très souvent.

Les marques les plus connues et approuvées : Bernina, Brother, Elna, Husqvarna Viking, Janome, Juki, Pfaff, Singer, Toyota,… J’ai une préférence pour les marques japonaises et j’utilise une Juki avec laquelle j’adore travailler. Cette marque est très présente dans l’industrie du textile pour ses machines industrielles mais propose aussi des familiales très fiables.

Aiguilles machine

kaleïko patron couture femme matériel indispensable selon niveau aiguille machine

Il existe plusieurs types d’aiguilles : jean, jersey, cuir, stretch, microtex pour les tissus très fins,… et standard pour tous les autres. Cette première classification définit la forme de la pointe adaptée au type de textile que vous allez coudre. Il existe aussi des aiguilles doubles pour piquer 2 rangées de surpiqures en une seule fois.

La numérotation de l’aiguille indique quant à elle la finesse de la pointe de l’aiguille et varie de 60 à 110 pour des textiles fins et fragiles à épais. Pour une aiguille standard :

  • 60-70 : chiffon, georgette, organdi, voiles
  • 70 : batiste, soie artificielle
  • 70-80 (les plus utilisées pour coudre des vêtements) : toile métisse, tissus de corseterie, popeline, chemises, blouses, robes 👗
  • 80-90 : literie, toile, costumes
  • au delà de 90 : linge de table, tissus épais type manteau

En cas de doute, certaines marques proposent des assortiments. Si votre aiguille casse trop facilement (trop fine) ou fait des trous trop gros dans votre tissu (trop épaisse), alors son numéro n’est probablement pas adapté.

Les marques connues et qui se valent à peu près toutes : Singer, Bohin, Schmetz, Madeira, Organ (celles que j’utilise),…

Changez votre aiguille lorsque le point de votre couture n’est plus joli et régulier, lorsqu’elle est tordue ou lorsque la machine fait un bruit de « tap tap ». Sinon elle risque de casser ou d’endommager votre machine.

Fer à repasser

Indispensable pour un travail soigné, il vous servira à bien repasser votre tissu avant de le découper et pendant la couture pour entre autres ouvrir et bien aplatir les coutures.

Utilisez l’appareil que vous avez déjà et avec lequel vous avez l’habitude de repasser. Si vous devez en acquérir un et pour vous aidez à choisir entre un fer simple ou une centrale, sachez que les centrales sont un peu plus efficaces mais les fers sont plus maniables et faciles à ranger.

Outil de marquage

Ces outils servent à reporter sur le tissu les repères indiqués sur votre patron ou tracer un guide de couture. Ceux que je préfère sont fins et précis avec par exemple : un traceur à poudre, un stylo porte-mine craie fin ou un stylo feutre effaçable. L’idéal est d’en avoir dans 2 ou 3 couleurs différentes pour toujours disposer d’une couleur contrastante par rapport à votre tissu.

Mes traceurs à poudre viennent de chez Hamon. La craie en poudre est contenue dans un boitier rechargeable parfait pour garder ses mains (et donc son travail) propres et la roulette permet un tracé fin et précis.

Ciseaux

La préparation qui consiste surtout à découper le patron puis le tissu est l’étape que j’aime le moins. Souvent un peu longue, elle reste très importante pour bien coudre votre vêtement. Je vous recommande d’avoir une paire de ciseaux ✂️ standard pour découper le papier du patron et une autre de très bonne qualité réservée au tissu. Je ne connais pas toutes les marques mais j’utilise les universels 21 cm de la marque Fiskar qui coupent tous les tissus comme dans du beurre et avec précision.

Epingles

Vous aurez également besoin d’épingles pour maintenir votre patron au tissu ou 2 pièces de tissu ensemble avant de les coudre.

Les épingles avec une tête de verre colorée sont très jolies… MAIS je vous conseille les autres qui peuvent, si besoin, passer sous le pied de la machine en les épinglant perpendiculairement au bord du tissu. Un vrai plus pour les coutures contorsionnistes 😵. Une taille standard conviendra à la majorité de vos cousettes (ex : longueur 30 mm, diam. 0,6 mm).

Autre petit matériel

 

  • un mètre ruban : utile pour raccourcir une jambe de pantalon à la bonne longueur, mesurer la longueur d’un élastique,…
  • un découd-vite parce que vous ferez toujours quelques erreurs que vous devrez découdre.
  • des aiguilles à coudre pour coudre un bouton, bâtir, …
  • plusieurs canettes avec si possible une pour chaque couleur de fil de bobine,
  • 2 grosses bobines de fil noir et blanc qui vous serviront pour la plupart des projets. Le polyester est plus solide et tiendra mieux dans le temps.
  • si vous utilisez des patrons déjà imprimés il vous faudra du papier calque, une règle, un perroquet et un criterium (ou une roulette) pour les reprendre,
  • une boite pour tout ranger
  • ET pourquoi pas de la musique, un podcast, un bon café ☕️, du thé, … ?

Intermédiaire et Confirmée

Machine à coudre

Vous faites de la couture depuis une bonne année déjà, vous êtes totalement accro et vous commencez à vous sentir limité(e) avec votre première machine ? Alors vous êtes prêt(e) à passer au stade suivant : la machine électronique. Elle est certes plus chère que la mécanique mais plus simple d’utilisation, silencieuse et fluide. Surtout s’il vous arrive de coudre plus de 3h dans la même journée…

Les critères de sélection sont exactement les mêmes que ceux vus plus haut auxquels j’ajouterai :

  • la possibilité de coudre tous types de tissus : épais, très épais, stretchs (même si cela reste la spécialité d’une surjeteuse), etc
  • l’option boutonnière automatique avec plusieurs modèles – fin pour les chemisiers à plus épais pour les ceintures ou manteaux,
  • les « gadgets » dont je ne peux plus me passer : option point d’arrêt, coupe-fil et enfile-aiguille automatiques et la plaque de canette transparente très utile pour savoir s’il vaudrait mieux recharger votre canette avant de commencer une couture !

Pour info : ma machine est une Juki HZL-F370. Je l’adore ! Elle me suit dans tous mes projets. Son seul point négatif : si j’avais su que je n’utiliserai pas vraiment les points décoratifs, j’aurai pris le modèle en-dessous (moins cher) qui en comptait moins tout en ayant les mêmes options et la même qualité de couture.

Tips : si vous ne savez pas quoi faire de votre ancienne machine, vous pouvez la revendre sur leboncoin ou l’offrir à une personne de votre entourage curieuse de tester à son tour la couture.

Surjeteuse

Si comme moi vous aimez avoir des finitions aussi jolies à l’intérieur qu’à l’extérieur alors il est peut-être temps d’investir dans une surjeteuse. Elle vous permettra de :

  • couper le bord de vos couturages nets et de piquer un point de surjet pour empêcher qu’ils ne s’effilochent. Et bien plus proprement qu’un point zig-zag,
  • d’assembler vos cousettes en maille type jersey et tissus extensibles. Bien qu’elle puisse le faire, la machine à coudre est spécialisée dans l’assemblage des tissus chaîne et trame (non extensibles) quand la surjeteuse sera plus appropriée pour coudre des pièces en maille (extensible),
  • de faire un ourlet rouloté

Choisissez-la lourde, simple à régler et avec au minimum 4 fils.

Pour info : ma machine est une Juki MO-114D et j’en suis pleinement satisfaite.

Un bracelet aimanté

Qui n’a jamais fait tomber sa boîte d’épingle ? Parfois plusieurs fois dans la même journée ⚡️⚡️⚡️ ?

Le bracelet vous permettra d’avoir quelques épingles à disposition sur votre poignet et l’aimant intégré de ramasser celles qui seraient tombées en un tour de main.

Jeannette

L’accessoire indispensable pour la maniaque que je suis ! Parfaite pour bien ouvrir les coutures des petites pièces, repasser facilement les manches, cols et jambes de pantalons. Choisissez-la stable et suffisemment étroite.

Autre petit matériel

  • un pied de zip invisible
  • une épingle à nourrice ou un passe-lacet qui vous aideront à faire coulisser des cordons, lacets et élastiques. J’ai 2 passe-lacets qui me servent autant l’un que l’autre : un en forme de grosse aiguille et l’autre qui ressemble à une pince à épiler.
  • une pince à percer et à rivets pour trouer vos ceintures et poser des rivets, boutons pressions, œillets, …
  • un range-fil qui vous permettra d’y voir plus clair dans votre collection de fil et éviter qu’ils ne s’emmêlent. Le mien (sur la photo) me permet de placer chaque canette sous sa bobine et peut-être posé ou fixé au mur.
  • des poids pour maintenir votre tissu en place et à plat sur votre table lorsque vous épinglez votre patron dessus par exemple. Vous pouvez les acheter en mercerie ou tout objet lourd et peu encombrant fera aussi bien l’affaire.
  • Une règle japonaise (transparente, cf. « Débutant – autre petit matériel ») qui vous aidera à ajouter les marges de coutures et allonger ou rétrécir simplement un vêtement.
  • Un perroquet 🦜pour tracer proprement une courbe notamment lors de la reprise sur calque d’un patron imprimé.

Ces 2 derniers outils sont très utilisés en modélisme lors de la création du patron en papier.

Experte 

Machine à coudre

La Rolls de la machine à coudre, surtout si vous commencez à produire et vendre votre collection de vêtements, est la machine industrielle appelée aussi piqueuse. Increvable, elle ne fait souvent qu’un point droit mais le fait bien plus proprement et rapidement qu’une machine familiale. N’oubliez pas qu’elle est très lourde, encombrante (intégrée dans une table) et ne pourra pas être déplacée. Je n’en ai jamais eue chez moi et le seul conseil que je saurais vous donner est de l’acheter près de chez vous en prévision des éventuels réparations et entretiens à domicile. Certains revendeurs à Paris et ailleurs en proposent des neuves ou d’occasions à prix variables.

Recouvreuse

Si vous cousez souvent des tissus maille et extensibles comme le jersey, elle complète la surjeteuse. Cette machine permet de réaliser des doubles voire triple surpiqûres sur tous les types de tissus et en particulier pour ourler les tissus maille et extensibles. Ce que ne fait pas parfaitement votre machine à coudre plus appropriée aux non extensibles chaîne et trame.

Mannequin

Il vous servira à créer vos patrons par moulage et à vérifier l’aplomb et le bien-aller de vos toiles avant l’essayage sur personne réelle. L’idéal est un mannequin fixe en bois et tissu type Stockman, à vos mesures si vous créez pour vous ou dans un 38 (base pour les tailles 34-46) si vous souhaitez commercialiser vos créations. Moins pratique et « costaud » mais moins cher, vous pouvez aussi opter pour un mannequin réglable.

Du bolduc (ruban de 5 mm) sera également nécessaire pour épingler et visualiser sur le mannequin toutes les lignes d’aplomb.

Ciseaux cranteurs

Ils coupent le tissu en cran empêchant les bords de s’effilocher. Je l’utilise pour découper des échantillons de tissu et alimenter mon classeur « Tissu-thèque ». Prenez-les de bonne qualité sinon vous lutterez pour découper votre tissu proprement et devrez les remplacer rapidement. Les miens sont des Fiskar et j’en suis satisfaite.

Autre matériel de Stylisme & Modélisme

Stylisme

  • papier : pour dessiner, coloriser puis scanner vos silhouettes sans « bavure ». Le papier Lay-out de Schoellershammer est très bien pour moi qui colorise souvent au marqueur.
  • colorisation : critérium, crayons de couleurs, feutres, peinture aquarelle, etc. Aucune règle, c’est selon votre préférence. La mienne va aux marqueurs Winsor & Newton que je trouve chez Rougié & Plé. Ils sont un peu chers (quoique beaucoup moins en période de Soldes) mais servent longtemps et sont d’excellente qualité.
  • une table lumineuse : pratique pour par exemple décalquer et reproduire plusieurs fois une de vos silhouettes ou reprendre l’élément d’un patron par transparence.

Modélisme

  • une roulette : pour reproduire un patron ou en modélisme reprendre et ajuster certains éléments lors de la construction du patron.
  • un poinçon : pour pointer des marquages/repères sur du papier, pré-percer le tissu en vue d’y mettre un bouton pression, etc.
  • du scotch invisible : indispensable pour la coupe à plat. Si comme moi vous pratiquez beaucoup, visez le gros rouleau de 66 m de 3M.
  • un rouleau de papier kraft blanc pour la coupe à plat, reporter votre toile moulée sur papier, tracer votre patron, etc.
  • De la toile à patron (fine, moyenne ou épaisse) à choisir selon le poids du tissu de votre projet. Par exemple si vous modélisez un manteau, privilégiez une toile épaisse. A contrario pour une blouse, une toile fine ou moyenne suffira.
  • Back to School ! : en plus de la règle japonaise et du perroquet, une équerre 📐, un rapporteur et une calculatrice. Parce que le modélisme, c’est aussi pas mal de maths 🤓🤓🤓 ! Et la base : critérium, gomme, stylo 4 couleurs.

Et voilà pour ma panoplie de créatrice !

Et vous, quels sont les outils dont vous ne pouvez pas vous passer en couture ? N’hésitez pas à laisser un commentaire plus bas pour les partager. A bientôt !

Lexique

Couturage (ou marge de couture) : mesure ajoutée au patronnage permettant d’effectuer les coutures. Sauf mention contraire, elle est généralement de 1 cm.

Ouvrir les coutures : écarter les couturages de part et d’autre de la couture à l’aide de la pointe du fer à repasser. Cela permet d’avoir sur l’endroit une couture plate et nette.

Surjet : point effectué avec une surjeteuse, machine permettant de raser le bord du couturage tout en le bordant et ainsi éviter l’effilochage.

Surpiqûre : piqûre au bord d’une couture et sur ses couturages pour décorer, maintenir ou orienter les couturages dans un sens donné.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *